Mal de la montagne

Publié le par jub

Sensation d'étouffement.
Nausées.
Trop d'oxygène carboné?
Pollution sonore?
Cela faisait plusieurs années que cela ne me l'avait pas fait en tout cas.
Mal à l'aise en ville au retour de ma montagne.

Oh je vous vois venir, amis habitant vos villes de province, à me vanter votre légendaire "qualité de vie".
Mais détrompez-vous!
Ce n'est pas Paris le problème. J'adore Paris. Et je préfère être assis sur les marches d'un RER que dans un bus ou tram de province.

Non, c'est le fait de la ville.
De bon matin.
Cette absurdité de la foule.
Cette absence de liberté qui se lit sur chacun de ces visages.
Aussi bien à Paris, qu'à Besançon ou au Mans.

Les micro-blessures répétitives de l'agression d'un réveil artificiel quotidien.
La volonté résignée sur chacun de ces visages, de tout envoyer chier, de reprendre le contrôle de sa vie, de se défaire de toutes les chaines auxquelles on a appris à s'enchainer.

Avoir un(e) mari/femme, et si possible les gentils nianfan qui vont avec.
Avoir un job. Un bon job qui rend fier ses parents. Si possible avec un intitulé clinquant. Si il y a du responsable, du chef, voir du directeur dedans, c'est mieux.

Avoir une belle maison. Avec une chambre d'amis pour les parents et un barbecue pour les amis.
Gagner de l'argent. Toujours plus. Pour consommer. CONSOMMER. Des fringues à entasser dans un placard. Des bibelots pour entasser la poussière. Des voyages pour vérifier que la misère est plus pénible au soleil. Et faire monter le prix de l'immobilier. Parce-qu'ils l'ont dit à la radio: quand le batiment va, tout va!

Et apprendre tout ça à ses enfants pour que la recette du bonheur instantané ne se perde jamais...

Enfin bref... Cela me fait vraiment écrire n'importe quoi la montagne...
Faut qu'j'aille acheter un truc pour m'eviter de penser moi...
Tiens un 4x4?! C'est parfaitement inutile un 4x4 à Paris, non?
Ca doit bien détourner de l'essentiel ça...



Publié dans Billets d'humeur

Commenter cet article

zinzin 09/09/2008 22:06

QUAND JE PARLAIS DE MOYENS CE N ETAIT PAS FORCEMENT DE MOYENS FINANCIERS, MAIS AUSSI DE CAPACITE INTELLECTUELLE, DE FORCE MAIS AUSSI D OUVERTURE D ESPRIT QUI PERMET DE COMPRENDRE QUE L ON VIT COMME UN ROBOT AVEC DES CONTRAINTES QUE L ON PEUT REFUSER

Ambiome 09/09/2008 12:47

Nausée, étouffement... Comme c'est étrange, je connais les mêmes symptômes ces jours-ci :/ Et pourtant, moi aussi j'aime Paris !@zinzin je suis assez d'accord avec Jub... Les moyens en la matière, sont ceux que l'on veut bien se donner ! Il n'est pas question de moyens financiers... et c'est moi, la fille immobilisée par des crédits à la conso trainés par des boulets, qui dit ça ! Mes crédits, ils seront remboursés, plus ou moins vite... Si je quittais mon boulot demain, si je voulais tout plaquer, il me suffirait d'accepter de me contenter de l'essentiel : ceux que j'aime, de quoi être protégée des intempéries, et de quoi manger... Ca fait peu en fait... Personne ne m'oblige à vivre à Montmartre et à payer le loyer qui va avec ! Personne ne m'oblige à m'acheter des fringues à la mode ! Personne ne m'oblige à vouloir un nouveau tatouage ;) !Quand on a des enfants, c'est plus dur c'est vrai... Mais ils/elles existent ces papas/mamans qui changent de vie AVEC leurs enfants.Tout est possible. C'est une question de mental. Nous sommes les créateurs de notre vie.Je sais pas ce qui m'arrive... Je vais prendre l'air, tiens ! ;)

Jub 09/09/2008 11:05

@zinzinIl n'y a aucune ironie en la matière. Une grande tristesse éventuellement.Et puis la liberté, ce n'est pas tout envoyer chier en vérité. La liberté, c'est choisir soi-même pour soi. La liberté, c'est choisir ce dans quoi l'on s'engage plutôt que le subir.Ce n'est pas une question de "moyens".Un être humain n'a besoin que de manger, d'un logis pour se protéger des intempéries, et quelques vêtements de qualité pour braver le froid et la société.Pas besoin de bcp de moyens pour cela.

zinzin29 09/09/2008 10:46

c'est la vie............. et peut être le bonheur pour certains. mais, n'est ce pas facile d'ironiser quand on a les moyens et la capacité de tout envoyer "chier"