Happiness is a warm gun

Publié le par jub

Qu'est-ce que le bonheur ?

J'en riais dans un
billet récent, en moquant la dépendance aux brunchs et aux voyages de tant de jeunes trentenaires parisiennes...  Brrr... Si c'est ça la description du bonheur, autant être malheureux...

Le bonheur, c'est évidemment une notion très personnelle. Pour ce qui me concerne, le bonheur, c'est parvenir à reconcilier
mes différents moi et leurs images:
- celui que l'on est
- celui que l'on pense être
- celui que les autres pensent que l'on est

Le bonheur, ce sont ces instants où l'on se sent rempli de soi, totalement en phase avec soi-même, là où l'on doit être...

Le plus terrible dans l'évolution d'une vie, c'est l'auto-sabotage inconscient du bonheur... Je pense en particulier à une personne, qui m'est très chère car elle m'a largement poussé sur le chemin... Je ne suis pas le seul qu'elle ait poussé, sans doute pas le dernier qu'elle poussera non plus... Pourtant, je ne sais pas si elle parviendra un jour à arpenter son propre chemin réellement.

En réalité, ce ne sont pas les souffrances des vingt premières années, aussi insupportables qu'elles aient pu etre, qui la bloquent encore... C'est l'habitude à la "misère" qu'elles ont généré. C'est le "goût" de la souffrance qu'elles ont insinué. C'est l'auto-conviction que la vie ne peut être que globalement merdique, ou au mieux sauvé par un autre.

Mais comment se convaincre aujourd'hui que l'on vaut et que l'on peut beaucoup, quand quelques connards ont instauré dans l'inconscient que l'on n'était qu'une merde incapable ?

Le yakafaukon n'a jamais aidé personne. La compassion triste encore moins.

La réponse est probablement dans un retour personnel à la base du vice de "construction". La réponse consiste peut-être à apprendre à défaire ce qui a été "mal" fait, pour le reconstruire sur une "bonne" base.

La réponse peut être dans l'hypnose si le blocage vient d'un souvenir refoulé dans l'inconscient. Elle peut être dans des groupes de paroles si le souvenir est là, mais ne peut être complètement expulsé. Elle peut aussi être dans la confrontation directe avec celui ou ceux qui ont participé à cette construction de travers. Il s'agirait de parvenir à symboliquement rendre à l'autre la violence et les blessures qu'il a causé.

Mais la souffrance et la misere doivent être combattues chaque jour, pour accéder à la plus belle, à la plus grandiose vision de son soi...

Comme le dit le nouveau MacFly senior à la fin du legendaire
Back to the Future: If you put your minds to it, you can accomplish anything...

Je ne suis pas sûr de voir le lien, mais j'avais envie de l'ecrire à ce moment-là...

Mais qui suis-je donc moi pour parler de tout ça ?

Publié dans Ce que j'en pense...

Commenter cet article