Mieux vaut en rire...

Publié le par jub

Toc Toc Toc Toc Toc....
Aïe Aïe Aïe Aïe Aïe Aïe...
Toc Toc...

Putain, mais ça fait mal... Mais qui me frappe le crâne ainsi... Hein... Quoi??... 13h... Dimanche ? Putain, je ne me souviens plus... Tout cela est terriblement flou... Il y a avait du monde chez moi hier soir, non... Oui... Je crois...
Hum... Tiens, une boule de poils entre mes jambes (NDLR : Pas évident à caser cette très jolie phrase. Essayez vous-même.) Bah China, qu'est-ce que tu fous dans mon pieu ? Comment es-tu arrivée là, toi ?

Bon, il faut que je me bouge moi. Descendre chercher ces putains de cachets qui empêcheront que l'on continue de me massacrer le crâne ainsi...

Hum... Tiens qu'est-ce qu'il a ce mur ? Oh merde, et cette lampe, elle est morte là... Pfiou. Mais que s'est il passé ici...


Je vais aller me passer la tête sous l'eau, ça va me faire du bien... Oh merde! Qui a dégueulé dans ma baignoire... Ah mais c'est dégueulaaaasse!! Et ça pue la mort là-dedans... Ouvrir la fenêtre... "Coucou Jub. Alors, il est remis celui-ci!"... Je le savais bien qu'il y avait des gens ici... Et voilà qu'ils font les malins à se prélasser sous le soleil de mon jardin en plus... Ca doit être l'un d'eux qui a foutu cette merde dans la baignoire... Ah ça, ils vont m'entendre...

- Putain. Qu'est-ce que c'est qu'ce bordel ?! Ca ne me dérange pas que l'on vomisse dans ma baignoire, mais vous auriez pu nettoyer au moins...
- Euh! Jub! C'est toi qui a vomi...

Hein... Je recule d'un pas... Comment ça ? Je ne me souviens pas... Enfin, je ne me souviens plus de grand chose à vrai dire... Des bribes me reviennent... Petit à petit...  Ah Oui...

Etions-nous en slip dans la rue, couchés sur le toit de sa voiture, ou l'ai-je rêvé ?
Putain, j'ai mal au crâne avec ce soleil...
Est-ce bien moi qui ai évoqué le premier "la montée de sève burnale" ?
Etions-nous à poil sur la pelouse, ou ai-je tout de même eu le réflexe de conserver mon caleçon ?
Avons-nous échangé passionnément sur le meilleure fromage du monde, incontestablement le Mont-d'Or ?
Avons-nous eu un débat houleux sur le Tibet, brillamment conclu par un "Bah, moi je me taperais bien un pékinois..." ?
Ai-je claqué des doigts pour faire venir mon assistante ?
Etais-je à ce point beurré que je ne parvenais pas à enchainer deux accords de Guitare ?
Suis-je tombé dans les bambous ?
Est-ce pour ça que j'ai une bosse sur le genou, et une plaie derrière la cheville ?
Me suis-je endormi sur une marche ?
Est-ce bien toi, âme charitable, qui m'a conduit dans ma chambre en évitant que je me fracasse la tête dans les escaliers ?
Que faisait donc ma petite chienne dans mon lit ce matin (NDLR: Trop classe à écrire!)?
Et si de tout ça, il ne reste que ces immondes traces sur le mur de ma chambre, cela signifie-t'il que c'est parce-que ma petite chienne a nettoyé la moquette, et a dû se prendre une bonne murge instantanée elle aussi ?

Hum...

Tout ça est très drôle, certes. C'est particulièrement comique de se revoir le lendemain en photo, vidéo, audio, dans des attitudes et surtout avec des mots que l'on ne se souvient pas avoir dit. Il est même certain que nous nous remémorrons cette soirée folle avec délice pendant de longs mois...

Mais tout ça est aussi totalement pathétique. Car très rapidement, j'ai observé que j'avais une bière d'avance sur tout le monde. Et qu'à la fin, selon le rapport de ma baignoire en tout cas, j'avais probablement au moins une bouteille d'avance sur tout le monde.

A partir de quand parle-t'on d'alcoolisme ? L'alcoolisme social est-il une menace pour soi-même ?

Mais surtout, la question que nous devrions tous nous poser, aurions-nous un souvenir aussi joyeux de cette soirée, si nous ne nous étions contentés que de jus de fruits ? Aurais-je été aussi comique, aussi lexicalement créatif, sans la quantité gigantesque de breuvages alcoolisées que j'ai absorbé ?

Les amis, je vous le dis, le week-end prochain, je serai un vrai Saint-Bernard! Toujours là pour vous servir de la gnôle si vous en voulez, et pour vous conduire. Mais, au moins pour un soir, je veux tenter de m'amuser autant  et sans une goutte d'alcool. Pas par crainte de l'alcoolisme. Parce-que je veux définitivement être sûr que je n'ai pas besoin de cela pour passer une soirée mémorable.



Publié dans Me - Myself and I

Commenter cet article