Le dérapage...

Publié le par jub

Listening to: Morrissey - Ringleader of the Tormentors

Mais que s'est-il donc passé?

Quel est donc le virage que tu as loupé?

Tout allait plutôt pas mal... Tu suivais ton chemin... Et puis patatra, on se retrouve à picoler tout seul le soir. On se jette un petit porto un soir, puis deux pastagas le lendemain à l'apéro. Et un matin, on se réveille avec une bouteille de blanc vide sur la table... Paix à son âme...

Je passe une semaine en hermite a la montagne sans une goutte de Genepi. Et de retour a Paris, je picole... seul...

Hum... A quoi bon s'être débarassé de la clope, de la junk food et de tout un tas de relations "pompantes" si c'est pour se raccrocher à une autre dependance. Beaucoup plus dangereuse d'ailleurs: Euphorie, désinhibition et sentiment de contrôle...

Quitte à se raccrocher à une dependance, autant qu'elle soit saine et énergisante. Le sport, c'est bien. Ne pas laisser le sport s'en aller... Pas pour l'instant.

Mais alors pourquoi est-ce qu'en sachant l'urgence de se défaire de toutes mes dependances, ne suis-je pas capable de le faire completement?

La difference entre savoir et prendre conscience? Entre prendre conscience et expérimenter ?

Un reflexe... La remise en place de dependances, anciennes ou nouvelles, permet-elle d'éviter le changement en trouvant, de surcroit, un excellent coupable à ses propres incapacités ? Ou d'éviter l'instance du vrai changement, en se refugiant derrière la nécessaire "guerre de la dépendance"?

Anyway, Life is great! All of this is just Karma in the end.

Dependency has always been a central question throughout my life. It surrounds me everywhere, directly or symbolically. It is my own mathematical enigma. As long as I have not found the right answer, it will come back, again and again. Under various forms, dilemnas etc... But eventually, it will always come back.

Fascinating...

Publié dans Me - Myself and I

Commenter cet article